Couillard refuse de se mettre «à plat ventre» devant Uber

Le premier ministre Philippe Couillard n’entend pas céder devant d’Uber, qui menace de quitter le Québec en raison des nouvelles restrictions imposées par son gouvernement.

«Je ne crois pas que ce soit au gouvernement du Québec de se mettre à plat ventre devant une multinationale», a lancé Philippe Couillard au Salon bleu mardi.

Uber quittera le Québec dès le 14 octobre prochain si le gouvernement Couillard ne recule pas sur sa décision d’imposer à ses chauffeurs une formation de 35 heures (contre 20 heures présentement), ainsi qu’une vérification de leurs antécédents judiciaires par un corps policier.

Le directeur général d’Uber au Québec, Jean-Nicolas Guillemette, affirme que ces nouvelles règles imposeront des «obligations de formation onéreuses».

Pas de négos

Au contraire, Québec estime que ces deux conditions constituent un minimum pour prolonger le projet-pilote qui permet à Uber d’exploiter son entreprise dans la province. «Sincèrement, demander moins que ça, ce serait une erreur», estime le ministre des Transports, Laurent Lessard.

Le ministre ajoute qu’il n’est «pas en négociations» avec Uber, bien qu’il soit prêt à rencontrer l’entreprise. «Je suis toujours ouvert à entendre comment ils peuvent atteindre l’objectif [mais] on est ferme sur l’objectif», dit-il.

Read more...

views : 128 | images : 1 | Bookmark and Share

Enter your comment below