Sous le choc après s’être fait frauder

Quatre commerçants de Belœil s’étant liés d’amitié avec la femme qui gérait leur comptabilité sont sous le choc depuis qu’ils ont appris qu’elle les aurait fraudés pour plus de 365 000 $.

Louise Henry participait aux soupers familiaux d’un client et organisait des soirées télé avec un autre. Le tout dans le seul but de vider leur compte bancaire une fois qu’ils avaient le dos tourné, selon la police.

La femme de 54 ans originaire de Sainte-Madeleine, en Montérégie, se serait servie des centaines de milliers de dollars ainsi dérobés pour jouer aux machines de vidéo poker dans un bar de Mont-Saint-Hilaire.

« C’est une menteuse compulsive. Tout ce qu’elle nous a dit, c’était faux du début à la fin », lance avec colère Mathieu Brault, propriétaire d’Amaz-ink Tattoo.

Le restaurant Barabouf, Lost Souls Tattoo, Amaz-ink Tattoo et Toilettage L’Ami d’Orami ont séparément porté plainte pour fraude auprès de la Régie intermunicipale de police Richelieu—Saint-Laurent.

La Sûreté du Québec aurait également reçu deux plaintes contre les Services comptables affiliés, l’entreprise que Mme Henry représentait.

C’est en 2013 que Stéphane Urier, du restaurant Barabouf, a commencé à faire affaire avec Louise Henry. Au fil des ans, elle est devenue une amie de la famille.

« C’est vicieux, son affaire. Ce n’est pas quelqu’un qui a agi sur l’impulsion. Tout était calculé », affirme M. Urier.

« Manipulatrice »

« Elle rencontre les gens, puis elle devient très proche d’eux, raconte-t-il. Elle est venue chez nous manger à notre table, jouer avec nos enfants... C’est une manipulatrice. »

Pendant plus de deux ans, la fraudeuse alléguée aurait encaissé des chèques à son nom en imitant la signature de M. Urier.

« Si on avait 4000 $ à payer au gouvernement, elle faisait le chèque, mais elle le déchirait et s’en faisait un pour elle au même montant. Maintenant, le gouvernement me réclame des dizaines de milliers de dollars que j’ai déjà payés. »

Quand le restaurateur s’est rendu compte de ce qui se passait, il aurait téléphoné à Mme Henry pour la rencontrer. « Je ne l’ai jamais revue depuis », soutient-il.

La femme aurait utilisé le même stratagème avec l’entreprise Amaz-ink Tattoo. De 2013 à 2016, elle aurait ainsi fraudé Mathieu Brault pour 220 000 $.

« Aujourd’hui, je me retrouve avec une dette énorme au gouvernement, déplore-t-il. Je travaille comme un fou pour essayer de relever l’entreprise, parce que c’est mon seul gagne-pain. »

Louise Henry a comparu au palais de justice de Saint-Hyacinthe lundi sous divers chefs d’accusation reliés à la fraude. Elle demeure détenue jusqu’au 28 décembre, jour de son enquête de remise en liberté.

Mme Henry a déjà eu des démêlés avec la justice en lien avec de la fraude, en 2008 et en 2012.

views : 104 | images : 1 | Bookmark and Share

Enter your comment below